Animé Terra formars : « La conquête de Mars entre horreur glaçante et drame poignant»

L’adaptation animée de Terra formars, l’excellent manga de science-fiction écrit par Yu Sasuga et Kenichi Tachibana, propose un univers sombre et grave que l’on trouvait dans les mangas parus chez Kazé.

Une tragédie planétaire: « La Terre se meurt »

L’intrigue repose sur une tragédie individuelle et universelle car au début du XXIe siècle, la Terre est surpeuplée et ses ressources deviennent insuffisantes pour nourrir toute la population. Face au désastre imminent, l’humanité décide d’envoyer plusieurs missions vers Mars en vue de la « terraformer », c’est-à-dire de modifier son environnement pour qu’il devienne viable pour les humains. Du lichen a été envoyé sur la planète rouge pour absorber le gaz carbonique et des cafards y ont été implantés car ils ont la faculté d’absorber la lumière du soleil. Cinq cents ans plus tard, en 2577, la terraformation est presque achevée. L’U-Nasa décide alors d’envoyer une mission de six astronautes pour acter de la réussite de l’opération. On ne reverra jamais les membres de la mission Bugs-1 décimés par les cafards qui ont muté. Ils sont devenus des géants humanoïdes tout en conservant leurs capacités d’insectes.

Des affrontements gores et spectaculaires

Pour inverser la situation, une nouvelle mission est dépêchée sur Mars en 2599. Cette fois-ci, une centaine de personnes compose l’équipe logistique qui encadre les quinze humains génétiquement modifiés, formés spécialement pour détruire les cafards et capturer des spécimens. Les combats gores et spectaculaires ancrent résolument Terraformars dans l’action. Sur ce point, on peut rapprocher la physionomie pataude et indéterminée des cafards de l’espace aux Géants de L’Attaque des Titans. En effet, ces insectes sont mus par leur instinct primaire qui les pousse à dévorer toutes formes de vie se trouvant sur Mars.

Les hybrides, dernier recours de l’humanité

Face à cette menace, il fallait des soldats d’élite. Terraformars propose donc une réflexion habile et réaliste sur la conquête spatiale. Le berceau de l’humanité n’étant plus viable, la première expérience de modification d’ampleur de l’eco-système martien a tourné au fiasco. Cependant, la Terre se meurt toujours. Aussi, le seul recours réside-t-il dans la réussite de ces « super-soldats ». En l’occurrence, l’originalité de Terraformars se signale dans cette approche de l’hybridité. Dans Fullmetal Alchemist, Shô Tucker, « le tisseur de vie », créait des chimères en alliant le code génétique d’animaux à celui d’humains. Il avait franchi toutes les règles éthiques en sacrifiant sa fille, en la fusionnant avec le chien de la famille pour créer une chimère, mi-humaine, mi-animale.

La création de surhommes et problèmes éthiques

Dans Terraformars, les chimères ou hybrides sont des humains dont le code génétique a été mêlé à celui d’insectes ou d’animaux. Leurs caractéristiques exceptionnelles leur permettront d’affronter les hordes de cafards qui peuplent Mars. Les transformations impressionnantes suscitent un mélange de gêne et de dégoût. Cet animé interroge la dimension éthique de ce programme. En effet, le héros Akari Hizamaru, dont la base d’hybridation est un papillon, perd son amie et bien-aimée à cause du virus A.E., d’origine extra-terrestre, qui fait des ravages sur Terre. Seuls les cafards pourraient permettre de trouver un vaccin. Alors que la jeune fille n’a pas survécu à son attente de greffe, Hizamaru est recruté par le capitaine Komachi pour « sauver les vies de centaines de personnes qui souffrent du même mal ».

Une ode au sacrifice et à l’abnégation

Terraformas met en scène des volontaires, têtes brulées ou désespérés qui n’ont plus rien à perdre, pour subir ses expérimentations aux effets définitifs. En acceptant de quitter l’humanité pour embrasser la monstruosité, ils sacrifient déjà leurs vies, avant même les premiers combats, pour sauver le reste de la population humaine et lui trouver une nouvelle planète et, en cela, un refuge. La violence des confrontations n’ôte rien à la profondeur de l’intrigue. On suit les doutes, les atermoiements et la mélancolie de personnages qui ne sont pas des super-héros mais des guerriers d’un nouveau genre.

Des personnages au passé poignant et complexe

Par l’entremise d’un rythme soutenu, les moments d’émotion et d’action se succèdent dans cet animé sombre et dérangeant. Ainsi, les personnages ne se réduisent pas à des soldats surentraînés et insensibles car chacun possède une histoire trouble et poignante. En outre, on guette avec impatience chacune de leurs métamorphoses. Que l’hybridation s’opère avec l’adn d’un frelon, d’une araignée, d’une fourmi, d’un papillon d’un crabe, d’un poulpe, d’une anguille, d’un criquet, d’une guêpe et d’autres êtres vivants, les transformations des personnages signalent leur passage de l’humanité à la bestialité.

Des décors spatiaux sombres et glaçants

En outre, les décors spatiaux sombres et lugubres ainsi que l’environnement martien désertique et aride campent un espace hostile où la planète-mère est lointaine. A la merci de cafards mutants, cette nouvelle équipe ne peut que faire appel à son courage et à son abnégation pour venir à bout de la menace. Nul secours ne viendra plus de la Terre. Au sein de cet espace déshumanisé, les membres de l’équipe créent des liens et se soudent en brigades solidaires. Avec sa personnalité, chacun tient son rôle pour mener à bien la mission.

Des mutants impitoyables et affamés

L’esthétique minimaliste des cafards martiens ne fait pas dans la surenchère pour les rendre effrayants et peu ragoutants. C’est que la terreur est induite par leurs mouvements groupés, leur voracité et leur caractère impitoyable. Terraspex signe la bande-son rock et déchaînée de cet animé avec deux titres « Amazing Break » et « Lightning the World ». Terraformars constitue donc un excellent divertissement aussi bien dans sa version animée que manga. Il ravira aussi bien les inconditionnels d’actions crues et d’intrigues sombres et bien ficelées, que les amateurs de science-fiction grâce à ces faux-airs de Starship Troopers et d’Alien. A découvrir sans plus attendre !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s