Animé Aldnoah Zero : « Une guerre interplanétaire grandiose et sanglante »

Ei Aoki et Gen Urobuchi (Black Lagoon) orchestrent brillamment cet animé détonant. En 1972, une mission lunaire découvre un mystérieux portail spatial qui permet de rentrer en contact avec Mars. Les habitants de la planète rouge sont d’anciens terriens qui possèdent une arme destructrice. Cette supériorité militaire les entraîne à envisager la conquête de la planète Terre. Après avoir détruit la Lune, leurs forteresses spatiales se positionnent en orbite malgré les intentions pacifistes de l’héritière de l’Empire, la princesse Asseylum Vers Allusia.

Inaho, l’anti-héros taciturne et mystérieux

Aldnoah Zero se distingue des autres « animés-méchas », comme Gundam Wing, par l’esthétisme futuriste et soigné des Méchas et des forteresses spatiales. Alliant parfaitement costumes désuets et modernité, les commandeurs des forteresses sont aussi cyniques qu’élégants. Ils fomentent l’assassinat de la future impératrice pour prétexter l’attaque de la Terre. Inaho, un jeune étudiant, fait partie des jeunes pilotes de Méchas formés depuis des années en vue de résister à l’invasion martienne. Taciturne et stratège hors pair, il semble avoir le secret pour contrer les plans des soldats de l’Empire Bars qui a déclaré la guerre à l’alliance terrestre.

Une bande-son éthérée et troublante

La bande-son d’Hiroyuki Sawano, à qui l’on doit notamment la musique de Blue Exorcist, sublime l’animé en proposant une mélodie éthérée. La pureté de l’infini spatial, qui affleure dans chaque image du générique, s’oppose aux noirs desseins de soldats martiens sûrs de leur supériorité.

Des décors spatiaux esthétiques et raffinés

Cette bande-son accompagne un décor raffiné et travaillé. Rien n’est laissé au hasard dans cet animé où chaque apparition de Méchas est un délice esthétique. Cependant Aldnoah Zero propose également une réflexion profonde sur l’impossible paix entre deux nations qui se détestent. En outre, il s’interroge sur la viabilité de la trêve alors que l’un des deux peuples possède « l’Aldnoah », une mystérieuse arme, à la fois artefact et symbole mystique. Cette menace est latente puisqu’elle évoque des souvenirs douloureux aux vétérans terriens qui se sont battus pour son obtention. Les guerres s’enchaînent donnant lieu à des batailles sanglantes.

Aldnoah : l’étrange artefact extraterrestre

La déroute et le désarroi des troupes décimées sont dépeintes sans voile. Les héros, amis de lycée, ne sont pas à l’abri de perdre l’un des leurs. Panique de la population et attente du miracle alternent. L’Aldnoah concentre toutes les interrogations sur sa véritable nature : énergie subspatiale ou entité extraterrestre ? Ce suspens persiste tout au long de la première saison. L’intrigue est prenante et rythmée grâce à des personnages traumatisés comme le lieutenant Marito, qui a sombré dans l’alcool et l’indifférence après le premier conflit entre la Terre et Mars. De même, Slaine Troyard, un terrien à l’histoire trouble qui a été sauvé par la princesse martienne, mâtine l’histoire d’un calme souverain et inquiétant.

Une lecture métaphysique du sacrifice au combat

Les scènes apocalyptiques fusionnent parfaitement avec l’univers Méchas et rendent cet animé très prenant. Visuellement très abouti, il immerge d’emblée dans une atmosphère de fin du monde où les Terriens n’ont a priori aucune chance contre un ennemi qui leur est technologiquement supérieur. Fable sur l’abnégation, le courage et les choix personnels, Aldnoah Zero renouvelle le genre des combats méchas en s’inscrivant dans une optique politique et métaphysique. Au-delà de la confrontation pour la conquête d’un nouveau territoire, le conflit repose sur l’impossible entente entre deux peuples aux mœurs différentes.

Une guerre interplanétaire entre David et Goliath

La paix retrouvée entre les deux planètes est donc le point de mire de cet animé martial. Oscillant entre la désespérance et la proximité entre les ennemis, l’intrigue met en scène des protagonistes qui combattent sans merci tout en essayant de comprendre leurs adversaires pour mieux les contrer. Entre jeux de dupes, trahisons, menées secrètes et conjurations, c’est au plus haut niveau des commandements respectifs de la Terre et de Mars que pourra se résoudre la situation. Le jeune Inaho et ses compagnons, tantôt désinvoltes, tantôt redoutables, signalent le changement de leur statut. De lycéen à celui de soldats, l’innocence est terminée, place aux combats et à la résistance. Chorégraphiés avec brio, les duels entre Méchas sont jouissifs. A découvrir sans tarder !

Publicités