Black Sails : « La série de Michael Bay est aussi sombre qu’envoûtante »

La deuxième saison de l’excellente série Black Sails a été diffusée sur OCS Max. Cette série préquelle de L’Ile au trésor de Stevenson mêle avec habileté mythes et contexte historique sur la piraterie au XVIIIe siècle. Bien loin des maladresses de la série Crossbones, cette production livre une passionnante fresque de la situation des Caraïbes à l’époque. La multiplication des actes de pirateries dans cette zone devient un épineux problème pour les grandes puissances maritimes. Leurs navires sont régulièrement mis à sac par des flibustiers sans scrupule.

Black Sails rend compte avec une qualité tangible du contexte politique, géographique et social de l’époque. Avec adresse, cet aspect complète l’imaginaire sur la mer et sur les pirates abondamment développé dans cette excellente production. On retrouve avec plaisir les gueules burinées par les flots de l’île de New Providence. Jeux de pouvoirs, trahisons et ambitions scandent des relations entre pirates imaginaires et figures historiques. Obéissant à ses propres règles, ce monde à l’apparente anarchie et marginalité, est en réalité hiérarchisé et se repose sur la figure d’un chef incontesté.

Au large des Bahamas, Michael Bay nous plonge dans de tortueuses cabales, de sanglants abordages et des amours contrariés. Diffusée aux Etats-Unis par la chaîne Starz, la seconde saison relate les aventures du Capitaine Flint (Toby Stephens) dans sa poursuite du pouvoir et de nouvelles richesses. Éminemment épique, la série relate notamment son alliance avec John Silver, aussi rusé que dangereux sous ses faux-airs ingénus. Pendant ce temps-là au port de Nassau, Eleanor Guthrie voit son autorité de plus en plus contestée. Avec l’arrivée de Ned Low, un capitaine aussi cruel qu’incontrôlable, les pirates auront fort à faire pour ne pas voir leur semblant de société s’écrouler.

Les scènes d’abordages réalistes, les paysages spectaculaires et le charisme des personnages rendent cette série haletante. Qui plus est, dans cette nouvelle saison, les héros ne seront pas seulement confrontés à leurs luttes intestines. Effectivement, ils affrontent également un talentueux capitaine de la marine anglaise. Il est mandaté par Londres pour rétablir l’ordre dans la région. Sans jamais sombrer dans des raccourcis oiseux, on découvre la capitale de l’Empire Britannique en pleine ébullition. Et, la Couronne n’a plus d’autre choix que celui d’intervenir pour ramener la sécurité dans des Caraïbes devenues un véritable coupe-gorge pour les navires marchands de toute l’Europe. S’ajoute à cela, un magot espagnol convoité par Flint et Silver qui risque de modifier leur statut dans la région.

En définitive, Black Sails réussit le tour de force de concilier une esthétique sombre et envoûtante avec le réalisme sanglant des abordages sans merci. En cela, cette série met en scène les arcanes de la piraterie de manière troublante. Dans ces décors sombres et raffinés, les personnages traquent les vaisseaux marchands et les galions à la recherche du butin ultime. Dans un monde en effervescence, la quête de ces pirates résonne étrangement comme celle d’un Graal totalement déchristianisé. Ne reste plus que l’avidité, la cruauté et l’ambition démesurées. En dévoilant de manière inspirée les splendeurs et les horreurs de la piraterie du grand Sud, Black Sails se révèle une vraie réussite ! A découvrir si ce n’est déjà fait. Notons aussi que la série a déjà été prolongée pour une troisième saison.