Série Gotham : « Le final sanglant dévoile la noirceur de la ville »

31

On revient ici sur le dernier épisode de la saison 1 de Gotham et l’on dresse un bilan de la série. Attention spoilers.

La série Gotham a eu du mal à convaincre dès ses commencements. La faute à une multitude d’intrigues parfois mal ficelées et à trop de méchants sur lesquels la trame s’attarde de manière trop superficielle. D’ores et déjà renouvelée pour une saison 2, la série semble cependant avoir trouvé un nouveau souffle avec ce final riche en rebondissements sanglants.

A la fin de cette saison, la ville de Gotham a un nouveau patron. Le Pingouin qui terminait dans l’eau sur les ordres de Fish Mooney dans les premiers épisodes devient le roi de la pègre locale tandis que son ennemie jurée sombre dans les eaux troubles du fleuve. Les macchabées s’entassent tout au long de cet épisode signé Bruno Heller. Comme s’il fallait solder les comptes définitivement, la guerre des gangs voit la disparition de Falcone, de Maroni et de Fish.

Le monde souterrain de la ville subit des soubresauts. Selina Kyle embrasse le côté obscur dans cet épisode, comme Barbara qui sombre dans la folie ainsi que Nigma qui va devenir « L’Homme-Mystère ». Ce dernier incarné par Cory Michael Smith est l’un des méchants les plus charismatiques, avec le Pingouin. Bruno Heller promet déjà pour la saison 2 de nouveaux personnages emblématiques comme le Chapelier Toqué, Mister Freeze et un traitement plus important de l’histoire du Joker et de Poison Ivy. Le Pingouin pourra-t-il contrôler seul Gotham ? Telle est la question qui sera le fil rouge de la seconde saison.

Dans ce final, Bruce Wayne découvre des secrets de famille, notamment sur les agissements de son père. Sur ce point, l’ouverture de la « batcave » est un clin d’œil assez déroutant à l’univers Batman. Son père menait déjà une double-vie grâce à laquelle il pouvait contrôler les sombres secrets de son entreprise. Ce final voit aussi Gordon acquérir de nouvelles responsabilités dans la police de Gotham.

Si la série Gotham tente d’effacer dans ce final des enquêtes policières parfois trop longues et des intrigues en demi-teinte, elle n’atteint malheureusement pas à la qualité de Daredevil. En l’occurrence, cette production pèche par son côté brouillon et superficiel. En refusant de choisir un seul grand méchant, elle ne peut creuser en profondeur les parcours respectifs des personnages. Malgré cela, Gotham reste un divertissement honnête. En attendant une seconde saison plus convaincante, le dernier épisode plus dynamique donne espoir pour la suite !