Hannibal: « Une saison 3 aux portes de l’Enfer ! »

La série de Bryan Fuller vient de démarrer pour une troisième saison sur la chaîne américaine NBC, l’occasion d’analyser les changements opérés dans ce nouvel opus. Effectivement, après la fin tragique de la saison 2, le célèbre psychopathe est en cavale en Europe accompagnée de sa psy Bedelia du Maurier incarnée par Gillian Anderson. La Belle est plus ou moins prisonnière de la Bête. Analyse.

Au final sanglant de la saison 2, Bryan Fuller introduit le nouvel opus d’Hannibal par une atmosphère contemplative et esthétisante. En cavale en Europe, on retrouve le Docteur Lecter à moto dans les rues de Paris. Il se rend à une soirée mondaine où il va rencontrer sa prochaine victime. Après la ville Lumière, Hannibal se rend à Florence. Le film Hannibal, où Julianne Moore incarnait Clarice Starling, revenait sur les mystérieux meurtres rituels commis par Lecter lors de séjours précédents. La série nous plonge à ce moment-là. Traqué, Lecter semble prévoir déjà sa future arrestation.

L’inspiration infernale de Lecter

Nul Will Graham dans ce premier épisode où Bedelia du Maurier incarne l’observatrice et participante passive des tueries de Lecter. Après Paris, Florence et ses rues servent de cadre magnifique aux inspirations cannibales du Docteur. La Renaissance, les Médicis, Dante, les cercles des Enfers galvanisent à nouveau Hannibal dans ses créations sanglantes. Il confiait pourtant à Bedelia ne pas voir recommencé à tuer depuis sa fuite. Mais, sous la fausse identité du Dottore Fell, Hannibal voit renaître sa veine créatrice.

Pygmalion et Galatée

Le mythe de Pygmalion joue à plein dans cette nouvelle saison. Si Hannibal n’a pas réussi à faire de Will un ami et un disciple, Bedelia semble étrangement plus perméable à comprendre son « art ». Dans cet épisode, les images léchées s’attardent avec complaisance sur les décors baroques. L’image est surchargée de références mythologiques. Dès lors, si Hannibal est Pygmalion, Bedelia est sa nouvelle Galatée, une statue paralysée par la terreur pour l’instant, mais à laquelle il va donner vie. Le conte est également très présent. La Belle et la Bête mais aussi Barbe-Bleue sont l’objet d’allusions insistantes. En tant qu’Ogre, Hannibal dévore aussi symboliquement les femmes qui l’approchent de trop près. Le personnage indique à plusieurs reprises que la suite sera un conte de fées.

La Divine Comédie de Dante: L’Enfer

En effet, peu à peu, une lente alchimie née entre la Belle et la Bête, au sens infernal du terme. La chair humaine est pour Hannibal un met ou une installation artistique. Avec raffinement, les gravures de l’Enfer de Dante Alighieri égrainent les tortures infligés aux pécheurs par les Démons.  C’est avec passion qu’Hannibal donne une conférence sur le sujet. En outre, la série travaille les seuils. Hannibal a basculé totalement à la fin de la saison 2 en laissant voir le monstre qu’il était. Comme dans La Divine Comédie où l’Enfer comporte une carte, la cavale d’Hannibal s’arrête momentanément à Florence qui pourrait symboliser la ville infernale de Dité où les péchés commis volontairement sont punis. Sauf qu’Hannibal, l’incarnation du Diable, n’est jamais inquiété.

Atrocités et raffinements

Comme dans un poème macabre, le héros distille ses fleurs du mal. La dimension artistique s’effeuille lentement : la lecture, les gravures, les recherches, la musique, la poésie et la gastronomie. Bedelia du Maurier fait les emplettes pour accompagner les plats d’Hannibal,  au menu: chianti et truffes blanches. Dans des flashbacks très réussi en noir et blanc, on retrouve le Docteur Abel Gideon, prisonnier de Lecter. Le malheureux est contraint de se dévorer lui-même. Lentement mis en pièces par Hannibal, il écoute avec complaisance les astuces du monstre pour rendre la viande savoureuse. Par effet de miroir, la menace plane alors sur Bedelia. Les mets de choix qu’elle déguste ne seraient-ils pas, en réalité, le moyen pour le Docteur de rendre succulente sa future victime?

L’esthétique comme seule valeur

Très contemplatif, le premier épisode de la nouvelle saison joue avec maestria avec les symboles. L’outrance baroque signale le nouveau départ du monstre comme les arts évoluent en différents mouvements. Si le point de vue de la narration change, les méthodes de Lecter aussi. En tant que Dottore Fell, il aspire à la tranquillité. Il mène Bedelia aux portes de ses enfers intérieurs. Dans cet au-delà du Bien et du Mal, seul l’aspect esthétique compte et remplit le vide moral. En somme, le Beau, même terrible et monstrueux, est la seule « valeur » tangible pour Hannibal.

Un conte symbolique

Esthétiquement superbe, la nouvelle saison d’Hannibal plonge symboliquement le spectateur en Enfer. La suite indique que Will Graham suit le démon à la trace. Bedelia du Maurier est une observatrice volontaire, car fascinée par la monstruosité de son patient. Elle attend de contempler son évolution complète au détriment de sa propre existence. Elle est prise au piège sans l’être. La métaphore filée de l’Enfer de Dante indique que celui qui accompagne le poète dans les tréfonds infernaux est Will Graham qui apparaîtra plus tard. Comme un Virgile familier de l’univers du monstre, il guidera plus tard le spectateur sur les traces du Diable. En cela, la conférence du Dottore Fell implique un dévoilement. Seule Bedelia voit le monstre tandis que l’assistance est médusée par la maestria intellectuelle de cet étranger.

Ce premier épisode envoûtant, où rien n’est laissé au hasard, promet beaucoup pour la suite. La confrontation entre Will et Hannibal s’annonce déjà d’anthologie avec Bedelia du Maurier et Jack Crawford en arbitres des élégances. En arrière-plan, Mason Verger ourdit aussi sa vengeance. Lecter reste le maître du récit, malgré le changement de point de vue. Once upon a time… susurre-t-il au Docteur Gideon en morceaux. Une fresque superbe, à déguster !

Publicités

Hannibal: Les 10 répliques les plus marquantes de Bedelia du Maurier (Gillian Anderson) en gifs!

1. « Hannibal, I’m your psychiatrist. You’re not mine. »: « Hannibal, je suis votre psychiatre. Vous n’êtes pas le mien ».
2. “Friends have a symmetrical relationship. Psychiatrist and patient – that’s unbalanced”: « Des amis ont une relation symétrique. Psychiatre et patient – c’est déséquilibré ».
3. « I’ve had to draw a conclusion based on what I glimpsed through the stitching of the person suit that you wear. And the conclusion I’ve drawn is that you are dangerous. I am no longer your therapist ». « J’ai dû tirer une conclusion fondée sur ce que j’ai entrevu à travers les interstices du masque de personne que vous portez. Et la conclusion que j’ai tirée est que vous êtes dangereux. Je ne suis plus votre thérapeute ».

4. “If they do continue to make it, I will continue to be on it… Until he eats me.” : « S’ils continuent vraiment à le faire, je continuerai à en être… Jusqu’à ce qu’il me mange ».

5. « I believe you »: « Je vous crois ».

6. Will: “How exactly did your patient die? Bedelia: – I killed him”. « Dans quelles circonstances exactes votre patient est-il mort? – Je l’ai tué ».

7. “I see enough of you to see the truth of you. And I like you”. « J’en perçois suffisamment sur vous pour voir la vérité vous concernant. Et je vous aime bien ».

8. « Every person has an intrinsic responsibility for their own life. »: « Chaque personne a une responsabilité essentielle sur sa propre existence ».

9. “Nothing makes us more vulnerable than loneliness.”: « Rien ne nous rend plus vénérable que la solitude ».

10. “The traumatized are unpredictable because we know we can survive”: « Les personnes traumatisées sont imprévisibles car nous savons que nous pouvons survivre ».