Série Bloodline : «Le thriller familial de Netflix est aussi trouble que saisissant!»

La nouvelle création de Todd A. Kessler, Glenn Kessler et Daniel Zelman (auteurs de la série Damages) est arrivée sur Netflix dès le 20 mars. Intitulée Bloodline (La Lignée), cette série de treize épisodes plonge le spectateur dans un thriller familial trouble et inquiétant. Dans un paysage paradisiaque, la famille Rayburn se réunit pour célébrer la réussite du patriarche qui a bâti sa fortune dans une petite ville côtière de Floride. Tout semble aller pour le mieux jusqu’à l’arrivée imprévue du mouton noir de la famille, Danny (Ben Mendehlson, vu dans The Dark Knight Rises). Son apparition révèle de manière sourde et insidieuse les secrets cachés de chacun des membres de la famille.

Une unité familiale en sursis

Même si le canevas est somme toute conventionnel puisqu’il s’agit de prime abord d’une réécriture des mythes des frères ennemis et du Fils Prodigue, Bloodline gagne cependant en originalité en traitant avec brio l’atmosphère oppressante qui emprisonne les personnages. Bien loin de la tranquillité apparente de la soirée festive, l’espace familial recèle violences, honte, rivalités, culpabilité et mensonges. Dans cette série, la famille, apparemment unie et solide, se délite sous les yeux du spectateur. C’est que l’arrivée de Danny enclenche une irrémédiable sape qui va se terminer par la destruction. Sa confrontation avec son frère, John Rayburn (Kyle Chandler vu dans Friday Night Lights), est particulièrement réussie. Aucune certitude sur les motivations qui l’ont poussé à revenir dans le giron familial ne perce dans le premier épisode. Dans les rôles des parents, Sissy Spacek et Sam Shepard livrent une prestation troublante. Le doute plane sur tous les membres de la famille. Personne n’a tort, personne n’a raison : Bloodline brouille les pistes de manière à rendre l’écheveau familial inextricable.

« We’re not bad people but we did a bad thing »

La temporalité troublée de la série amène une profondeur et un mystère intéressants. Flashbacks et allusions remettent en cause le point de vue de John qui n’est peut-être pas aussi irréprochable que cela. Avec tact et finesse, Bloodline subvertit et mine les postures de chaque membre de la famille de sorte qu’aucun camp du bien ne se dessine. D’ailleurs, il n’est pas anodin que lors d’un entretien, l’un des créateurs de la série, Kessler, ait usé de la métaphore du boa constrictor. C’est que lentement, une tension croissante s’installe. L’atmosphère vire à la tempête paranoïaque, aux soupçons et aux crises de nerfs. En outre, l’intrigue n’est pas linéaire mais se compose de multiples pièces à rassembler pour comprendre le fin mot de l’histoire.

En outre, le frère cadet, Kevin Rayburn (Norbert Butz), doit faire face à de graves difficultés financières. Restaurer et réparer les navires devient de moins en moins lucratif. La rage et la rancœur du personnage envers ses deux frères aînés percent à chaque instant. Enfin, leur sœur Meg (Linda Cardenelli, vue dans Mad Men) complète la fratrie. Celle-ci fait son possible pour maintenir coûte que coûte l’unité familiale. Malgré cela, des tensions subtiles éclatent entre chaque membre de la famille. L’ensemble, porté par un casting de qualité, est crédible et fonctionne bien.

Sous la surface lisse, des non-dits putrides

L’atmosphère de Bloodline se ressent de la moiteur de la Floride. Une chaleur oppressante et étouffante suinte des images et de l’intrigue. C’est que ce huis-clos familial se centre sur le laps de temps précédent l’orage. Les méfaits accomplis par des « braves gens » se payent aussi. Le dévoilement de sombres secrets et d’un passé honteux constitue ainsi le paroxysme d’une tempête que les personnages sentent venir sans pouvoir l’éviter. La surface bien lisse de cette famille, apparemment sans histoire, se craquelle irrémédiablement. Pourtant, au cours de ce naufrage, chacun souhaite préserver des apparences sereines en manière d’ultimes protections de fortune. Ce thriller familial complexe plonge dans les contradictions et les blessures des personnages de manière très fine. Troubles et saisissements sont au programme de la série Bloodline qui mérite le détour ! A voir dès à présent sur Netflix!

Publicités