Animé Berserk: une épopée sanglante et inoubliable!

Cet été aura été propice à l’univers de la saga culte, Berserk, puisque le 2 juillet paraissait le tome 37 chez Glénat. En outre, le 25 août dernier, Dybex sortait le coffret Blu-Ray, édition Saphir des 25 épisodes de l’animé de 1997 adapté des mangas de Kentaro Miura. Les images remastérisées promettent un spectacle d’anthologie. De plus, un livret de 28 pages complète les 3 dvd. Cette référence du seinen de dark fantasy a également été déclinée en trois films mais il est bon de revenir à la source de cet incontournable des animéthèques.

 Guts, le guerrier féroce

« Dans ce monde la destinée de l’Homme est contrôlée par une entité ou une loi transcendantale. Au moins l’Homme sait qu’il n’a aucun contrôle au-delà de sa propre volonté » : tels sont les mots glaçants qui ouvrent le générique de Berserk. Dans un univers médiéval, parfaitement reconstitué, un guerrier des ténèbres erre, hagard : c’est Guts. Dans chaque bourgade, il traque de mystérieux démons. Une étrange marque sur son cou le fait horriblement souffrir et semble être sa malédiction. C’est son destin qui va nous être conté dans un flash-back détonant.

Griffith, un Alexandre déchu

Jadis, armé de sa gigantesque épée Dragon Slayer, il écumait les forteresses pour offrir ses services au seigneur le plus offrant. Par la suite, il rejoint les Faucons, la troupe de mercenaires du charismatique Griffith. A la tête de cette redoutable armée, ce nouvel Alexandre enchaîne les batailles sanglantes et les victoires. D’une complexité rare et d’une violence spectaculaire, Berserk est une épopée mémorable. Signifiant en ancien norrois un « guerrier féroce », ce titre désigne la rage qui saisit Guts au plus fort du combat. Quête mystique et existentielle, cet animé relate avant tout l’histoire d’une ascension et d’une chute. Les liens au sein du trio Guts, Griffith et Casca sont d’une intensité tragique. Dans cette époque tourmentée, des créatures étranges se tapissent dans les recoins avant de dévorer les âmes. Promis à un brillant avenir, Griffith est un stratège et un bretteur hors-pair. C’est aussi un fin politique à l’ambition démesurée. Son rêve d’enfance est de fonder son propre royaume. Une mystérieuse amulette, le Béhélit pourpre, semble le garantir de toute blessure.

588218

Une épopée médiévale grandiose

D’une beauté époustouflante, les décors médiévaux, les détails des batailles et des armures, font de Berserk un bijou esthétique. Entre luttes pour le pouvoir et luttes fratricides, l’ambition de Griffith est au cœur de cet animé car elle met en question la relation particulière qu’il entretient avec Guts. Tour à tour, amis et rivaux, le guerrier noir a trouvé un seigneur qu’il estime et à qui il a pu prêter allégeance. Extrêmement sombre et déroutant, parfois bestial, cet animé phare concentre les superlatifs. La narration hors-norme offre un flash-back, empreint de gravité, pour raconter la grandeur et la décadence d’un brave qui a choisi de ne plus suivre son seigneur lorsqu’il a finit par sacrifier ce qu’il avait de plus précieux pour assouvir son désir le plus cher.

Les God Hans, panthéon infernal et corruption du pouvoir

Cet univers médiéval et fantastique abrite des créatures monstrueuses et sanguinaires comme Zodd. Chaque duel correspond à une scène qui reste gravée dans la mémoire. Rythmant l’intrigue, ces scènes-clés symbolisent les multiples crises qui préludent à la crise finale qui verra Griffith se transformer en Femto, nouveau Méphisto dont le casque rappelle celui du héros du film de Brian de Palma Phantom of the Paradise. Les corps mis en pièces dans des combats sans merci sous-tendent un scénario envoûtant dont on ne ressort pas indemne. Au faîte de la gloire, Griffith et ses compagnons d’arme sombreront dans des enfers qui figurent la corruption du pouvoir lorsqu’on s’en approche de trop près.

Au premier plan Voïd, Griffith/ Femto deviendra le cinquième God Hand @Dybex
Au premier plan Voïd, Griffith/ Femto deviendra le cinquième God Hand @Dybex

La cruauté infernale de l’ambition

De cette ode puissante, résulte un lyrisme sanglant qui explore la part sombre de l’âme humaine. La bande-son rugissante de Berserk entraîne le spectateur dans le tourbillon des passions. Chant de mort dédié autant à la liberté qu’au devoir, cet animé transporte dans les affres de la dévoration intérieure. Consumé par son ambition et par son désespoir, Griffith n’est plus qu’une enveloppe décharnée après ses années de captivité. Le rêve qu’il caressait est ruiné, et l’on ne peut s’empêcher d’avoir le cœur serré en revoyant les images du jeune garçon courant vers le château fortifié situé sur un promontoire. D’une cruauté infernale, la virtuosité de l’œuvre de Kentaro Miura est parfaitement rendue dans cet animé envoûtant.

De l’épopée sanglante à la tragédie de la solitude

Les démons font partie d’un panthéon qui n’est pas sans rappeler les dieux primitifs des œuvres de Lovecraft. Le mythe de Cthulhu influence ce fantastique macabre où le sang ruisselle. Griffith est un Alexandre déchu. Alors que le jeune macédonien avait rêvé d’un œuf qu’il roulait sur le sol et dont sortait un serpent, son futur précepteur, Aristote, avait réussi à lui livrer l’interprétation de ce rêve prémonitoire qui annonçait qu’il serait maître du monde. Dans Berserk, aucun sage n’est présent pour encadrer les velléités du conquérant, ni pour interpréter ses rêves. Il est seul. Griffith incarne cette solitude du chef d’armée. Ni Casca, ni Guts, pourtant ses plus proches compagnons, ne seront parvenus à le saisir totalement. Que ce soit sur les champs de bataille ou dans les salons cossus des châteaux, il échappe à tous et regarde le monde avec distance. En cela, Berserk est une œuvre polymorphe qui mêle la tragédie de la solitude à l’épopée sanglante.    

Forces, une bande-son martiale et grandiose 

En somme, l’idéalisme des débuts est rattrapé par les menées sourdes des intrigants et des fourbes. Pour réaliser son rêve, Griffith comprend qu’il va devoir perdre sa pureté morale et se commettre avec les perfides. A contrario, Guts refusera toujours d’abandonner ses principes moraux et de se souiller. Guerrier brave et fidèle par excellence, il est la représentation chevaleresque de l’homme solitaire qui choisit la voie opposée à celle de son seigneur. Susumu Hirasawa, chantre du genre « techno-punk », a composé le titre « Forces ». Détonation musicale, ce son épique immerge immédiatement dans cet univers martial. La sortie en Blu-Ray de cet animé est donc l’occasion de se replonger avec plaisir dans cette saga mythique ou de la découvrir si ce n’est déjà fait !

Publicités