Younger : « Entre sourire et mélancolie, le jeunisme interrogé dans une rom-com plaisante ! »

La nouvelle série de Darren Star, le créateur de Sex and the City, n’est pas une comédie romantique conventionnelle. Diffusée sur la chaîne américaine Tv Land, Younger est l’adaptation télévisée du roman éponyme de Pamela Redmond. Mêlant légèreté et mélancolie, la série relate l’histoire de Liza Miller (Sutton Foster), la quarantaine, mère d’une jeune fille qui fait ses études en Inde. De prime abord, on pourrait croire que Younger est une énième représentation de la crise de la quarantaine.

Une critique larvée du jeunisme

Or, il n’en est rien car Younger distille avec brio une critique de la course au jeunisme dans notre monde contemporain. En effet, avec l’aide de son amie lesbienne et artiste, Maggie (Debi Mazar), l’héroïne va se grimer pour paraître une jeune femme de 26 ans. Même si la série n’évite pas certains poncifs, il n’en reste pas moins qu’elle aborde avec justesse et profondeur les discriminations par l’âge auxquelles sont confrontées les femmes sur le marché du travail. Sur le plan sentimental, Liza s’offre également une nouvelle rencontre amoureuse en la personne de Josh (Nico Tortorella), un jeune tatoueur sexy.

Alternance entre sourires et nostalgie

Si le personnage de Liza Miller n’est pas sans rappeler Lorelai Gilmore, la mère cool et marrante de la série Gilmore Girl, il n’en reste pas moins qu’elle séduit en alternant nostalgie et passages cocasses. Ainsi, Younger n’est pas seulement une série rafraîchissante et enjouée. En effet, derrière les gags un peu convenus sur la maîtrise des réseaux sociaux et notamment de Twitter, se cachent une réflexion d’ensemble sur notre monde moderne, son rapport à l’âge, ses exigences d’allures impeccables et d’efficacité permanente.

Une mascarade périlleuse

Au cœur de cette frénésie, la série pointe les travers et les absurdités de notre monde contemporain. Cette mise à distance mêle savamment ironie et mélancolie. Comme une étrangère, Liza Miller explore les codes de la nouvelle génération. Cet apprentissage engendre des situations drolatiques. Jonglant avec sa double-vie, son mensonge prend une nouvelle dimension lorsqu’il ne se cantonne plus à la sphère professionnelle mais qu’il touche aussi à la sphère amoureuse. Si l’héroïne s’offre une « nouvelle vie » en mentant sur son âge, on sent d’emblée que la mascarade se révèlera vite dangereuse. En contrepoint, les dialogues avec son amie Kelsey Peters, campée par Hilary Duff, font sourire par le décalage générationnel dans les codes langagiers et dans les comportements. Cette dernière livre une prestation convaincante d’une working girl obnubilée par sa carrière.

Au-delà des archétypes féminins

C’est que Younger se situe au-delà de la collection d’archétypes féminins. En effet, ces héroïnes des temps modernes ont autant de fêlures secrètes et de tristesses enfouies. Aussi, ne peut-on s’empêcher de frémir à l’idée que le nouvel entourage de l’héroïne ne découvre la vérité. Paradoxalement, dans une société entièrement dévolue à l’apparence, peu importe le mensonge, l’essentiel est de paraître ce que l’on est. Ce que l’on prétend être devient ainsi la vérité. S’adaptant à sa nouvelle vie, moitié par enthousiasme, moitié par résignation, Liza Miller participe de la société du divertissement. Par exemple, pour faire la promotion de l’auteure Joyce Carol Oates auprès de la nouvelle génération, elle n’hésite pas à soumettre l’idée d’une campagne autour de selfies de poitrines intitulée : « Show Us Your Oates ». Comme dans Sex and the City, on suit les destinées sentimentales et professionnelles de quatre femmes : celle de Liza s’articule autour de celle de sa patronne éditrice, de sa collègue Kelsey et de son amie Maggie. Avec leurs personnalités singulières et leurs angoisses, tour à tour elles émeuvent et font sourire. Ce nouveau quatuor détonnant réjouit. En définitive, Younger est une fiction intelligente et drôle sur la perpétuelle réinvention de soi. Cette comédie à la fois mature et rafraîchissante est plaisante à suivre. A découvrir !