The Whispers : « Une série de science-fiction conventionnelle où Spielberg fait du Spielberg »


Après Extant, Steven Spielberg produit une nouvelle série de science-fiction The Whispers diffusée sur la chaîne américaine ABC. Comme dans sa précédente production, on retrouve ses thèmes fétiches : une invasion extra-terrestre, des enfants et un environnement familial au bord de l’implosion. Replaçant les codes habituels du genre, The Whispers reste un divertissement sans grandes ambitions mais honnête pour tous ceux en quête d’une nouveauté science-fiction.

Des enfants meurtriers

Des enfants sont possédés par une mystérieuse entité dans tous les Etats-Unis et commettent des atrocités. Cette fois, ce ne sont ni des démons ni Satan lui-même qui possèdent les petites filles comme dans l’Exorciste, mais un être venu de l’espace. Poursuivant un mystérieux but, il manipule les enfants de manière à ouvrir un vortex au-dessus de la Maison Blanche pour que « les humains voient la lumière ». En effet, l’ami pas si imaginaire que cela des enfants dénommé Drill communique par l’entremise d’ampoules ou de néons. Claire Bennigan (Lily Rabe excellente dans American Horror Story) part à la poursuite de cet être mystérieux.

Un tissu d’invraisemblances

Récemment veuve, cet agent du FBI spécialisé dans le comportement des enfants, est une paria sur le retour. Cette grosse affaire est l’occasion pour elle de se remettre en selle. Les cas d’enfants en contact avec Drill semblent se multiplier. Au même moment, Wes son amant, lui apprend que l’on a retrouvé l’épave de l’avion de son mari en plein désert alors que son plan de vol se cantonnait au Cercle Polaire. D’invraisemblances en invraisemblances et de déjà-vu en déjà-vu, The Whispers avance malgré tout. Sans être trop exigeant, on finit par se laisser prendre au jeu des acteurs qui est plutôt bon. L’ennui gagne cependant devant l’absence d’originalité de The Whispers qui reprend sans les réinventer les thèmes de l’invasion extra-terrestre et des enfants meurtriers.

Une série de science-fiction conventionnelle

Malheureusement, The Whispers réutilise toutes les grosses ficelles de l’univers science-fiction. Cependant, le pilote se laisse regarder en jouant la carte du divertissement familial saupoudré d’un zeste de fantastique. On retrouve un personnage principal, pétri de bons sentiments, des enfants inquiétants juste ce qu’il faut et des scientifiques pas plus intrigués que cela de découvrir un vaisseau spatial en plein désert. Cette nouvelle série intéressera les aficionados des thèmes traités à la manière de Spielberg et qui sont réinvestis ici. Pourtant, on ne peut s’empêcher d’être saisi par l’ennui et par la lassitude dans ce premier épisode. Il faut espérer que la suite soit plus convaincante. En effet, pour l’instant, la série ne se signale pas par son originalité : entre un homme suspect couvert de tatouages mystérieux, le secret de famille de l’héroïne pas vraiment surprenant et les agissements d’un « alien » invisible déambulant dans les pavillons de l’Amérique bourgeoise, on n’est pas vraiment vernis. Naviguant dans ce premier épisode entre ridicule et déjà-vu, The Whispers ne s’avère pas plus palpitante que cela et est une adaptation pour le moment décevante de la nouvelle de Ray Bradbury, L’Heure H!

Publicités

Killjoys : « Des gardiens de la galaxie badass dans la nouvelle série de Syfy» !

Le 19 juin arrive sur Syfy, Killjoys, une nouvelle série de science-fiction retraçant les aventures de chasseurs de primes intergalactiques. Aucun alien dans cette production de dix épisodes mais un trio composé d’Hannah Joh-Kamen, de Luke Macfarlane et d’Aaron Ashmore qui traque les fugitifs aux quatre coins de la galaxie. Les producteurs d’Orphan Black et Michelle Lovretta, la créatrice de Lost Girl, proposent donc une nouvelle série animée par un rythme endiablé au son des armes de guerre.

Entièrement centrée sur l’espace, ses dangers et ses renégats, Killjoys se veut un divertissement dans la lignée du film Les Gardiens de la galaxie, le ton décalé et les créatures en moins. L’actrice britannique John-Kamen incarne Dutch, la cheftaine du trio, aussi séduisante que mystérieuse. Elle est l’un des meilleurs chasseurs de primes du « Quad », un système planétaire sur le point de basculer dans une guerre totale. Plus précisément, cette lointaine galaxie se centre autour du peuple de la planète Qresh qui a colonisé trois lunes, créant ainsi des mondes unifiés, chacun étant défini par une classe sociale stricte. Connu sous le nom de « Quad », ce système planétaire abrite des chasseurs de primes hautement contrôlés qui ont pour devise « The Warrant is All » (« Tout repose sur le Mandat»).

Depuis son plus jeune âge, Dutch traque les hommes dont la tête est mise à prix dans cette galaxie qu’elle connaît parfaitement. Elle est entourée par un négociateur, John (Ashmore), et par D’avin (Macfarlane), un ancien soldat dont les sarcasmes cachent une loyauté à toute épreuve. Cette équipe de choc s’apparente à un groupe paramilitaire qui sillonne l’espace pour retrouver mort ou vif les évadés et autres repris de justice. Frôlant la transgression des lois, ils sont à la marge de l’ordre. S’ils le font respecter, ils emploient pour cela des moyens peu louables. Dans une perspective similaire, il n’est pas anodin que les « Killjoys » (littéralement « les rabat-joies ») traquent leurs proies sur les planètes les plus reculées du système. Cependant, ils sont toujours contraints de rester dans la légalité et de respecter les clauses du contrat pour toucher leur récompense.

Attendue pour le 19 juin, il est à souhaiter que cette série prometteuse s’inscrive dans la lignée de l’excellent Firefly ou encore de Battlestar Galactica. Personnages errants abîmés par la vie, les héros sont plongés dans des considérations plus larges autour d’un conflit interplanétaire imminent. Débauche d’actions, répliques bien senties et aventures spatiales sont au programme de cette nouvelle série très attendue. Au-delà des traques habituelles des chasseurs de primes, le trio devra naviguer entre tourmentes politiques, questionnements moraux et des rapports compliqués par un triangle amoureux naissant. A suivre absolument !