Animé Sword Art Online 2: Des guns et des gamers dans un feu d’artifice d’action!

final_sao_2

La seconde saison de Sword Art Online s’intitule Phantom Bullet. Fondé sur le « light novel » (des courts romans pour jeunes adultes) de Reki Kawahara, cet animé est une vraie réussite. On retrouve Kirito dans un nouveau jeu de combat, non plus dédié aux duels à l’épée dans un univers fantasy, mais aux armes à feu dans une ambiance résolument cyber-punk. Asuna apparaît par intermittences en hommage au duo qu’elle formait dans la première saison avec le héros. Alors que le premier arc explorait la complexité des liens amoureux et familiaux, le second met en lumière les relations amicales entre les personnages.

« Death gun » : quand la mort virtuelle devient réalité

Après être revenu du jeu virtuel dans lequel il était prisonnier, Kirito se connecte à nouveau à son Nerve Gear pour traquer « Death Gun », un mystérieux assassin. En effet, l’un des meilleurs joueurs de la plateforme, Zexceed, vient d’être retrouvé mort à son domicile. Sur son amusphere trônait Gun Gale Online (GGO). C’est que l’inexplicable s’est produit puisque lorsque son avatar a été détruit, ce joueur est également mort dans la réalité. Ce méchant détonnant chasse les meilleurs joueurs. Qui plus est, Kirito l’aurait rencontré dans la précédente saison. L’identité de cet autre survivant constitue la principale énigme de cet animé qui se déroule dans un univers plus sombre et plus violent.

Une frontière poreuse entre virtuel et réel

Dans ce second arc, la frontière entre la réalité virtuelle et le monde réel tend à s’estomper de plus en plus. Le héros et sa nouvelle co-équipière apparaissent tous deux plus à l’aise dans leurs vies virtuelles que dans le monde réel. Avec l’aide de Sinon, Kirito s’inscrit au tournoi « Bullets of the Bullets » dans le but d’attirer l’attention de « Death Gun ».

Sinon, une héroïne forte et fragile

Sinon est une jeune fille qui subit brimades et rackets de la part de ses autres camarades de classe. Traumatisée par un braquage durant lequel elle tue le malfrat, elle n’a jamais pu se remettre de ce cauchemar d’enfance qui revient la hanter dans la réalité. Dans le monde virtuel, elle est forte et ne ressent aucune peur. Comme Kirito qui défend l’hypothèse que les deux mondes interagissent entre eux, Sinon pense que l’aisance qu’elle acquerra dans le monde virtuel la rendra moins vulnérable.

Une bande-son jubilatoire

Sublimant cette deuxième saison, le thème d’ouverture « Ignite » est interprété par la chanteuse japonaise Eir Aoi. Il enflamme d’emblée cette intrigue explosive. C’est Luna Harune et son titre « Startear »qui a été choisi pour le thème final. A la fois sensible et cocasse, Sword art online fait son retour avec des scènes savoureuses sur l’avatar féminin de Kirito. Les situations burlesques s’enchaînent avant que la gravité de l’animé reprenne ses droits.

L’escrime avec des guns

Esthétiquement, Sword art online est toujours aussi soigné. On se passionne pour la personnalité complexe de Sinon qui préfèrerait vivre dans le monde virtuel de GGO. Les combats sont chorégraphiés de manière époustouflante. Grâce à son sabre laser, le héros ravit par ses pirouettes improbables et ses stratégies pour battre ses adversaires. Kirito possède en effet un armement hybride avec une épée et un pistolet mais il n’a rien perdu de ses réflexes et de sa science des déplacements. Ce deuxième opus est donc une digne suite du premier!